Un rendez-vous mensuel qui décoiffe !

Coiffeur aux Escales Solidaires, voilà une formule qui, comme celle du coiffeur à domicile, plaît à tous les coups ! Les habitués des Escales solidaires l'ont testée et approuvée depuis plusieurs mois. Les cheveux en bataille à l'arrivée, ils repartent métamorphosés, la chevelure disciplinée, brillante, impeccable... et l'estime de soi retrouvé. Grâce au professionnalisme des apprenties coiffeuses de l’École des métiers d'art de la coiffure, et aux conseils avisés de leur professeur, Sabine Morgana, très ouverte à ce type d'expérience : "J'aime sortir mes élèves du cadre du lycée, venir ici, aller dans des maisons de retraite. Confrontées à la vraie vie, elles semblent beaucoup plus motivées qu'à l'école. C'est très formateur pour elles".

P1110580

Celles et ceux qui confient leur tête aux peignes, ciseaux et sèche-cheveux de ces futures coiffeuses sont ravis de ce moment car c'est aussi un temps de rencontre, d'échanges dans un lieu moins impersonnel qu'un salon de coiffure. "J'ai gagné 10 ans, presque 20  !", s'exclament deux d'entre eux en riant. Jean-Louis, un habitué des Escales qui n'en est pas à son premier essai, ajoute "J'aime bien venir me faire couper les cheveux ici, c'est sympathique, il y a du monde, on discute. En plus, elles coiffent bien !". Ce que confirment Guy, retraité, chauffeur bénévole, Jean-Pierre, cuisinier bénévole à l'Escale du 3ème et bénéficiaire d'un logement d'Habitat et Humanisme à Vaugneray, Claude qui habite dans le 9ème arrondissement et fait le trajet tous les soirs pour venir dîner et partager un moment de convivialité aux Escales, Lala qui vit seule avec son enfant dans l'appartement d'un propriétaire solidaire... et bien d'autres encore.

Un entretien d'embauche, l'envie de soigner votre apparence, de reprendre du poil de la bête ? Venez vous faire coiffer aux Escales Solidaires du 3ème, un vendredi matin par mois, sans rendez-vous mais les cheveux propres car les coiffeuses ne sont pas équipées pour les laver sur place. Il ne vous reste plus qu'à pousser la porte...